L’ostéopathie : une thérapie de choix dans le traitement du bruxisme

Le traitement du bruxisme en ostéopathie par Florian Gaubert Ostéopathe à Uchaud dans le Gard

Le bruxisme désigne l’action de serrer les dents de manière excessive, avec ou sans grincements associés. Dans le bruxisme, il se passe une succession de mouvements rythmiques des mâchoires serrées l’une contre l’autre, exerçant une pression pouvant aller de 80 à 120 kg/cm2, soit le poids d’un homme qui s’exerce sur chaque dent

Il existe deux types de bruxisme

  • le bruxisme du sommeil : il survient à un état inconscient et se manifeste souvent par un grincement des dents associé.

  • le bruxisme éveillé : crispation de la mâchoire pendant les heures éveillées.

Les études estiment qu’entre 85 et 90 % de la population réalise des frottements de dents à différents degrés d’importance au cours de leur vie. Seulement 8 % à 20 % sont cliniquement diagnostiqués comme étant atteints de bruxisme. 

Le bruxisme serait une forme d’expression des désordres somatiques et émotionnels. Mais d’autres causes entraineraient sa survenue : 

  • la consommation d’alcool
  • la consommation de drogue 
  • la consommation de tabac
  • les maladies systémiques (maladies touchant les éléments d’un même tissu) et neurologiques (notamment la maladie de Parkinson)
  • la prise de certains médicaments (antidépresseurs surtout)

Quels sont les symptômes du bruxisme ?

  • une hypertrophie des muscles manducateurs 
  • une douleur musculaire au réveil
  • des fractures ou lésions dentaires
  • une usure prématurée des dents
  • des maux de têtes
  • des douleurs physiques diffuses : cervicalgie, dorsalgie, scapulalgie, etc … 

Ainsi, l’ostéopathe est souvent le premier interlocuteur des bruxomanes puisque cette parafonction a une incidence sur l’ensemble du système tonique postural et a régulièrement une conséquence sur le reste du corps. 

Quelle prise en charge ?

Il existe plusieurs orientations thérapeutiques principales à envisager : 

  • une prise en charge comportementale, pouvant impliquer une démarche pluridisciplinaire : gestion émotionnelle, exutoire au stress, activité physique adaptée, une bonne hygiène de vie, etc …
  • une prise en charge dentaire : restauration des troubles dentaires occasionnés, gouttière occlusale, etc …
  • une prise en charge ostéopathique des dysfonctions somatiques en lien avec le bruxisme.

Une étude clinique réalisée en 2017 s’est intéressée à la prise en charge du bruxisme en ostéopathie. Elle a inclu un protocole sur trois mois au cours desquels des patients atteints de bruxisme ont été soumis à deux traitements en ostéopathie espacés de deux semaines. Les patients ont dû remplir un questionnaire évaluant leur qualité de vie cinq semaines après la deuxième consultation. 

Après collecte et analyse des données, les résultats statistiquement et cliniquement significatifs démontrent une diminution globale des douleurs et une amélioration de la qualité de vie via une diminution de l’impact des symptômes du bruxisme. Les patients traités ont ressenti un réel soulagement de leurs maux au cours de l’étude. 

L’ostéopathe traite l’ensemble des dysfonctions pouvant favoriser et entretenir le bruxisme. Ainsi, différentes techniques sont mises en place pour traiter le schéma dysfonctionnel retrouvé, grâce à des techniques variées, non douloureuses et adaptées

L’apport de conseils supplémentaires sur la gestion émotionnelle et des exercices de relâchement des muscles masticateurs, des muscles de la langue et des muscles du plancher de la bouche favoriseront les bénéfices de la consultation en évitant les spasmes et l’acidose musculaires que l’on retrouve en cas de bruxisme. Il est donc important de comprendre que le patient doit être actif dans son traitement pour ainsi retrouver une fonction manducatrice normale

Pour toute question supplémentaire, n’hésitez pas à me contacter !

Laisser un commentaire