Actualités sur les preuves existantes de l’efficacité de l’ostéopathie dans le traitement de la plagiocéphalie

L’ostéopathie intervient très fréquemment et à juste titre contre la plagiocéphalie. Les ostéopathes D.O formés à la pédiatrie jouent un rôle prépondérant dans sa prévention et sa prise en charge.

Retrouvez toutes les explications sur la physiologie, les facteurs de risque, les conséquences et les traitements de la plagiocéphalie dans un précédent article.

Introduction

L’ostéopathe jouit d’une place de plus en plus importante dans la prise en charge pluri-disciplinaire de l’enfant. Elle est en train d’acquérir ses lettres de noblesse par l’exposition de ses résultats et la démonstration de son efficacité clinique dans le domaine de la périnatalité et de la pédiatrie.

Même si l’ostéopathie est reconnue dans la prise en charge de la plagiocéphalie, il n’y a encore que trop peu d’études publiées à ce sujet. De surcroît, les quelques unes existantes sont parues avec des méthodes scientifiques comportant des biais ne permettant pas de justifier, pour le moment, de résultats d’ampleur scientifique indéniable (faible échantillonnage et absence de groupe contrôle).

Néanmoins, nous exposerons dans cet article une des études scientifiques qui a été utilisée par la Haute Autorité de Santé (HAS) pour établir ses recommandations officielles dans la prise en charge de la plagiocéphalie

Une autre étude clinique parue très récemment sera également abordée, dont l’un des auteurs, ostéopathe D.O, figure d’ailleurs parmi les membres experts ayant contribués à établir ces mêmes recommandations fournies par la HAS.

Les études scientifiques

-> La première étude est une étude pilote clinique canadienne parue en 2011 dans le « Complementary Therapies in Clinical Practice ». L’étude s’est intéréssée à l’impact que pouvait avoir l’ostéopathie sur les asymétries crâniennes dans les atteintes de plagiocéphalies. Douze nourrissons de moins de six mois (âge moyen : 4 mois) ont été inclus dans l’étude. Chaque enfant a reçu quatre traitements ostéopathiques par intervalle de quinze jours et le praticien a en plus fourni à chaque parent des conseils contre la plagiocéphalie afin d’avoir la prise en charge la plus complète possible. 

Les investigateurs de l’étude se sont intéressés à trois variables précises de mesures anthropométriques (mesures de la différence entre deux diagonales) : l’évolution de l’asymétrie de la voûte crânienne, l’évolution de l’asymétrie de la base crânienne et l’évolution de l’asymétrie de la diagonale transcrânienne au cours du traitement. 

Chaque variable a été mesurée avant l’intervention de l’ostéopathe, lors du troisième traitement et deux semaines après le quatrième traitement

-> La seconde étude est une étude clinique française parue en 2020 dans « La Revue de l’Ostéopathie » et qui a recruté cent nourrissons atteints de plagiocéphalie, chacun traité trois fois en ostéopathie à quinze jours d’intervalle.

Là aussi, les investigateurs de l’étude se sont intéressés à l’évolution de l’asymétrie du crâne (différence des diagonales de la voûte crânienne) au cours des différents traitements ostéopathiques réalisés sur les nourrissons.

Les résultats cliniques

-> Résultats de l’étude canadienne (2011) :

Ils montrent que les douze nourrissons, sans exception, ont présenté entre la première et la dernière évaluation :

  • une diminution statistiquement significative de l’asymétrie de la voûte crânienne
  • une diminution statistiquement significative de l’asymétrie de la base du crâne
  • une diminution statistiquement significative de l’asymétrie de la diagonale transcrânienne

-> Résultats de l’étude française (2020) : 

Ils montrent que la différence entre les diagonales du crâne diminue de manière significative tout au long de la durée de l’étude. L’ostéopathie a permis de réduire l’asymétrie du crâne chez 98 nourrissons sur 100 inclus dans l’étude

En effet, la moyenne des mesures de l’asymétrie crânienne sur les cents nourrissons était initialement de 10,1 mm. A la fin de l’étude, elle était de 6,0 mm et l’analyse statistique de ces résultats révèle une diminution significative donc objectivable.

Conclusion

Ces résultats montrent que l’ostéopathie permet de diminuer les asymétries crâniennes chez les nourrissons de moins de six mois présentant une plagiocéphalie

Il est dorénavant nécessaire de réaliser de nouvelles études cliniques de plus grande ampleur. Il paraît opportun d’inclure un plus grand nombre de patients et de les répartir dans deux groupes différents afin de comparer, par exemple, le traitement ostéopathique à un traitement placebo.

Des protolocoles de recherche sont actuellement en cours, en collaboration avec d’autres professionnels de santé qui viendront apporter, sans doute, toute la lumière sur la véracité de ces premiers résulats exposés

Si vous avez une question sur cet article, n’hésitez pas à me contacter !

Laisser un commentaire