Ostéopathie et tendinite du tendon d’Achille

Voici toutes les explications pour savoir reconnaître une tendinite du tendon d’Achille, comprendre l’origine de cette douleur et connaître sa prise en charge en ostéopathie.

Préambule sur le tendon d’Achille

Le tendon d’Achille, aussi appelé « tendon calcanéen » provient de la réunion de plusieurs muscles du mollet : les muscles gastrocnémiens, le muscle soléaire et, lorsqu’il est présent (muscle inconstant), le muscle plantaire grêle. Le tendon d’Achille est une structure fibreuse se terminant sur la face postéro-inférieure du talon (os calcanéum). 

Le tendon d’Achille permet de transmettre les forces de contractions de l’ensemble de ces muscles au pied, lors de la flexion plantaire (monter sur la pointe des pieds) et lors de la propulsion dans le déroulé du pas. 

Représentation du tendon d’Achille droit (en bleu) sur le squelette

La tendinite du tendon d’Achille : définition, signes cliniques et causes

La tendinite d’Achille est l’inflammation du tendon d’Achille pouvant survenir à différentes hauteurs de ce tendon. Elle est souvent associée à un phénomène de tuméfaction, surtout après un effort, et concerne plus souvent le sportif. Elle est d’ailleurs une pathologie fréquemment rencontrée chez le courreur de fond.

La tendinite d’Achille peut être dégénérative, c’est à dire liée au vieillissement et à une moins bonne élasiticté du tissu, mais elle peut être aussi traumatique, consécutive à un effort physique trop important et répétitif.

Différents symptômes peuvent être associés à la tendinite d’Achille : 

  • une douleur, progressive, pendant ou après l’effort, parfois dès l’appui au sol, pouvant aller du mollet au talon
  • une tuméfaction localisée à une certaine hauteur du tendon
  • une incapacité à se mettre sur la pointe des pieds ou à contracter les muscles du mollet
  • parfois une raideur du mollet le matin au réveil
  • parfois une boiterie, intermittente ou permanente

Le risque principal si une tendinite du tendon d’Achille est peu ou pas prise en charge est la rupture partielle ou totale du tendon.

Différentes causes peuvent être incriminées dans la tendinite d’Achille :

  • suite à des micro-traumatismes à répétition, consécutifs à la pratique trop intensive d’un sport, à une technique de course inadaptée, à une modification des habitudes d’entraînements, à un mauvais chaussage, etc …
  • consécutive à une mauvaise hygiène de vie : tabac, alimentation non saine, déshydratation …
  • suite à une boiterie chronique (secondaire à un rhumatisme, une arthrose évoluée, etc …)
  • suite à un trouble métabolique (problème de thyroïde, problème de cortisol, etc …)
  • sur un terrain d’obésité
  • suite à une maladie du collagène
  • suite à la prise de certains médicaments

La prise en charge de la tendinite d’Achille en ostéopathie

D’abord, le travail de l’ostéopathe consiste à analyser le mode d’apparition de la douleur et ses caractéristiques pour comprendre son origine. Le contexte dans lequel la tendinite du tendon d’Achille est apparue déterminera bien souvent la meilleure prise en charge à réaliser.

Pour cela, l’ostéopathe réalise un interrogatoire détaillé ainsi qu’un examen clinique précis. Si cela est nécessaire, il peut être amené à réorienter son patient vers une consultation médicale afin de s’assurer qu’une autre pathologie sous-jacente n’est pas responsable des symptômes décrits.

Une fois écarté toute cause dont le traitement ne rentrerai par dans son champ de compétence, l’ostéopathe effectue un bilan global du corps afin d’établir son plan de traitement : il recherche les zones du corps ayant réagi en s’adaptant à différentes contraintes sous l’impulsion d’un réflexe neuro-musculaire de protection, conduisant à l’inflammation de certains tissus, comme le tendon d’Achille.

Son but est alors de lever ces réactions de défense en mettant en place les techniques les plus adaptées, les plus confortables et surtout les plus efficaces pour soigner le patient. 

D’autre part, des conseils pourront être apportés afin d’éviter la rechute et garantir la pérennité des résultats de la prise en charge.

Conseils pour soulager la tendinite du tendon d’Achille

  • repérer et éliminer les facteurs de risque favorisants la tendinite : pratique sportive pas assez progressive et / ou  trop intensive, mauvais chaussage, port de semelles inadaptées, etc …
  • avoir une alimentation équilibrée pour limiter l’accumulation de toxines dans les tissus, pouvant stimuler le phénomène inflammatoire liée à la tendinite
  • bien s’hydrater : l’eau par son action de drainage va diminuer l’inflammation et son action « nourricière » va préserver les tissus du corps !
  • appliquer de l’huile essentielle de menthe poivrée ou de gaulthérie (sans masser, à mélanger dans une crème à base neutre pour éviter la brûlure) sur la zone enflammée et laisser agir. Ces deux huiles essentielles ont des propriétés anti-inflammatoire et antalgique très efficaces. Attention, l’huile essentielle est contre-indiquée chez les femmes enceintes et les personnes épileptiques !
  • ne pas laisser la douleur s’installer pour ne pas risquer la rupture du tenton d’Achille et opter pour une prise en charge adaptée pluridisciplinaire

Pour plus d’informations en lien avec cet article « Ostéopathie et tendinite du tendon d’Achille », n’hésitez pas à me contacter !

Laisser un commentaire