Evaluation de l’ostéopathie dans la prise en charge de la lombalgie chronique commune

La lombalgie commune chronique est l’un des motifs de consultation les plus fréquents en cabinet d’ostéopathie. Quels bénéfices l’ostéopathie a pour la traiter ? Comment l’ostéopathie la prend en charge ?

Introduction

La lombalgie commune chronique est caractérisée par une douleur située dans la région lombaire, c’est à dire en « bas du dos », qui ne trouve pas de cause dans une pathologie ou une lésion organique (par exemple une tumeur, une infection, une pathologie rhumatismale ou une fracture) et qui est installée depuis plus de trois mois. Souvent, les patients signalent une incapacité physique et une détresse psychologique associée à la douleur ressentie.

Il s’agit de l’un des troubles musculo-squelettiques les plus fréquents présentant la prévalence la plus élevée dans la population adulte, ce qui lui vaut souvent d’être qualifié comme étant le « mal du siècle ».

La physiopathologie de la lombalgie commune chronique reste partiellement floue mais elle résulterait vraisemblablement d’interactions entre des facteurs biologiques, psychologiques et sociaux activant la nociception et donc la sensibilité ressentie dans la région lombaire.

Plusieurs facteurs de risque peuvent ainsi expliquer le passage à la chronicité d’une lombalgie aiguë

  • les troubles émotionnels : dépression, anxiété, stress, tendance à une humeur dépressive et retrait des activités sociales. En effet, la douleur et sa mémoire sont fortement associées aux informations émotionnelles pouvant donc les conditionner
  •  les attitudes et représentations inappropriées par rapport au mal de dos : comme l’idée que la douleur représenterait un danger ou qu’elle pourrait entraîner un handicap grave, ou bien encore un comportement passif avec des attentes trop importantes dans des solutions passives plutôt que dans une implication personnelle active
  • les comportements douloureux inappropriés : en particulier d’évitement ou de réduction de l’activité liés à la peur, ce qu’on appelle « kinésiophobie »
  • les problèmes liés au travail : suite à une insatisfaction professionnelle ou à un environnement de travail jugé hostile

Ces facteurs de risque expliquent probablement pourquoi les traitements pharmacologiques (AINS, stéroïdes et opioïdes) se sont pas particulièrement efficaces dans la prise en charge de ce trouble musculo-squelettique fréquent. De nombreux patients algiques se tournent alors vers l’ostéopathie ce qui fait de la lombalgie commune chronique un motif de consultation très fréquent en cabinet.

Des chercheurs ont alors évaluer l’efficacité de l’ostéopathie dans sa prise en charge.

L’étude

L’étude présentée est une revue de littérature et méta-analyse publiée en Janvier 2021 dans le « Complementary Therapies in Medicine », qui a inclus des essais cliniques randomisés et des études pilotes ayant étudié les bénéfices de l’ostéopathie sur la douleur et l’incapacité fonctionnelle, jugés comme étant les principaux critères d’évaluation pendant douze semaines de suivi.

Pour évaluer l’efficacité de l’ostéopathie sur la lombalgie chronique commune, cette revue de littérature n’a répertorié que les études ayant comparé l’intervention ostéopathique à d’autres prises en charge (traitements témoins). Au total, ce sont dix études qui ont été incluses dans l’analyse quantitative et qualitative pour un échantillon de 1160 patients lombalgiques chroniques intégrés.

Les résultats 

L’analyse statistique montre que :

  • l’intervention ostéopathique est efficace pour réduire la douleur et améliorer l’état fonctionnel chez les patients atteints de lombalgie commune chronique, surtout à court terme
  • l’ostéopathie s’est révélée plus efficace que les interventions témoins dans la réduction de la douleur et dans l’amélioration de l’état fonctionnel (preuves de « qualité modérée »)
  • certaines études montrent que le « myofascia release», technique ostéopathique visant à mobiliser les fascias, a rapporté de meilleurs niveaux de preuve d’amélioration de la douleur par rapports aux autres modalités ostéopathiques, sur les douze semaines de suivi.
  • le « myofascia release » semble aussi plus efficace que les interventions témoins dans les améliorations fonctionnelles (l’analyse statistique de ce résultat montre des preuves de faibles qualités)

Les résultats de cette revue de littérature renforcent probablement les preuves que l’ostéopathie représente un choix thérapeutique à considérer dans la prise en charge de la lombalgie chronique commune. Enfin, l’étude conclue que les preuves de son efficacité semblent être supérieures aux soins standard seuls et une option précieuse à associer à l’exercice.

La prise en charge de la lombalgie chronique commune en ostéopathie

D’abord, le travail de l’ostéopathe consiste à analyser le mode d’apparition de la douleur et ses caractéristiques pour comprendre son origine. Le contexte et l’environnement dans lesquels la lombalgie est apparue déterminera bien souvent la meilleure stratégie à adopter dans la prise en charge du patient.

Pour cela, il réalise un interrogatoire détaillé ainsi qu’un examen clinique précis. Si cela est nécessaire, l’ostéopathe peut-être amené à réorienter son patient afin de s’assurer qu’une autre pathologie sous-jacente n’est pas responsable des symptômes décrits.

Une fois écartée toute cause dont le traitement ne rentrerai par dans son champ de compétence, l’ostéopathe effectue un bilan global du corps afin de diagnostiquer les structures dysfonctionnelles en lien avec la douleur ressentie et mettre en place les techniques les plus adaptées, les plus confortables et surtout les plus efficaces.

Mais, comme souvent dans le cas d’une douleur persistante, la prise en charge ostéopathique ne s’arrête pas là. En effet, en cas de chronicité de la douleur, il existe un système d’amplification de la sensibilité de la région douloureuse conduisant à la persistance de la douleur ressentie, ce qu’on appelle « sensibilisation périphérique » comme c’est le cas aussi au niveau du système nerveux central, ce qu’on appelle « sensibilisation centrale ».

Ainsi, la douleur conscientisée est plus la conséquence d’un réflexe de protection inconscient mis en place. C’est un peu comme si un système d’alarme ayant à un moment donné voulu empêcher que la blessure arrive, devenait trop susceptible et trop sensible au cours du temps. L’alarme se déclenche et persiste alors même qu’il n’y a ni blessure ni risque de blessure !

La prise en charge de la lombalgie chronique doit tenir compte de ce système d’amplification de la sensibilité et la stratégie thérapeutique en ostéopathie a donc pour but : 

  • de moduler la douleur
  • de modifier les sensations corporelles impactées dans le cas de douleurs chroniques
  • de jouer sur l’intégration sensitivo-motrice et sur l’image corporelle
  • d’accompagner physiquement la personne souffrante dans son rétablissement en lui redonnant de la confiance et du confort
  • de déconstruire les croyances néfastes du patient, en redonnant au corps une mobilité que le patient ne se pensait plus capable d’avoir et en le rassurant sur la bonne santé de ses tissus !

D’autre part, nous savons aujourd’hui qu’une prise en charge complète de la lombalgie chronique passe par la complémentarité inter-disciplinaire et une implication active du patient dans son envie de guérir. Cela passe de-facto par une remise en question de son hygiène de vie, de ses croyances, de son éventuel catastrophisation envers son état physique et de sa gestion émotionnelle, absolument nécessaire à la dé-construction du schéma douloureux !

Pour plus d’informations en lien avec cet article « Evaluation de l’ostéopathie dans la prise en charge de la lombalgie chronique commune », n’hésitez pas à me contacter !

Laisser un commentaire